Sauvons le crucifix: Les Québécois se mobilisent pour le crucifix.

Eric DuhaimeRebel Commentator

MISE À JOUR: Le crucifix est de retour à l'Hôpital du Saint-Sacrement. Merci à tous! Cette victoire est la nôtre.


En réponse à une seule plainte, la direction de l’Hôpital du Saint-Sacrement de Québec a décidé de retirer le crucifix qui veillait sur les malades depuis 1927.

Derrière cette histoire en apparence anodine se cache le biais idéologique des gouvernements fédéral et provincial en faveur d’un multiculturalisme qui étouffe la culture de la majorité au profit de ce qu’Éric Duhaime appelle le « mini-minorités ».  Au Québec, une médecin ou une infirmière peut porter le hijab ou même le niqab au travail, imposant ainsi ses signes religieux aux patients qui n’ont aucun mot à dire, pendant qu’une seule plainte a suffi pour qu’on arrache le crucifix d’un mur où il était depuis 90 ans. Pourquoi un tel double standard? Demande Eric Duhaime, le nouveau collaborateur de Le Rebelle média.

Le débat n’oppose pas le christianisme à l’Islam ou le NOUS à EUX.  Le débat porte sur l’identité du Québec, sa culture et son histoire.

Quand cette guerre complètement folle contre notre identité se terminera-t-elle?  Devra-t-on retirer les « Saints » qui composent les noms de nos villages?  Devra-t-on retirer la croix du drapeau du Québec parce qu’un individu se sent offensé?  Cette folie multiculturaliste est un pas de plus vers l’effacement de l’identité québécoise.  Nous devons y mettre fin dès maintenant.  Le crucifix doit être réinstallé sur le mur où il appartient depuis 90 ans.

Si vous pensez que, tous ensemble, nous représentons davantage le peuple québécois qu’une seule personne, signez immédiatement notre pétition.  Plus nous serons nombreux à signer, plus la plainte par laquelle tout a commencé paraitra marginale, et plus la décision des autorités paraitra ridicule.

Dites non à la dictature des mini-minorités!

Sign the petition!

Nous soussignés demandons au gouvernement du Québec d’ordonner à la direction de l’Hôpital Saint-Sacrement de replacer le crucifix où il était depuis 1927.  Nous croyons que le retrait du crucifix, en réponse à la plainte d’une seule personne, constitue un profond manque de respect envers les Sœurs de la Charité, fondatrices de l’hôpital, ainsi que pour l’histoire et les traditions des Québécois et Québécoises.

En signant cette pétition, nous demandons à nos élus de se lever avec nous pour que cesse le saccage de notre patrimoine et pour enfin donner un sens à notre devise « Je me souviens ». 

Will you sign?